Entretien avec Dominic Nahr: "Je suis très proche de mon cœur"

Dans l'exposition «Ressources et conséquences», Dominic Nahr montre des images de diverses zones de crise en Afrique. Le photographe de reportage, né à Heiden (AR) et a grandi à Hong Kong, a vécu au Kenya pendant neuf ans. Dans l'interview, il parle de l'idée derrière l'exposition, de la proximité avec les personnes photographiées et des raisons pour lesquelles il aime venir à Münsingen.

Votre exposition à Photo Münsingen porte sur la lutte pour les ressources et ses conséquences. Quelle est l'idée derrière cela?

Au cours des dix dernières années, j'ai photographié des histoires en Afrique sur les ressources: pétrole, or, cassitérite, pâturage, ou eau et pêche. J'ai pensé que pour l'exposition en plein air, où vous passez d'une image à l'autre, une combinaison de photos de différents pays convient. Chaque image contient une mini-histoire sur cette lutte pour les ressources et ses conséquences. Surtout en Suisse, où l'eau est si pure, le sujet convient. Vous pouvez boire de l'eau n'importe où. C'est la première chose que j'ai remarquée en Suisse.

Avez-vous photographié spécifiquement les conflits sur les ressources en Afrique?

De nombreuses zones de guerre concernent les ressources. Congo, par exemple, c'était ma première mission sur ce continent. La guerre se déroule clairement entre différents groupes - gouvernement ou milices - qui contrôlent les ressources naturelles. Vous êtes donc automatiquement sur ce sujet. Ou dans le nord du Kenya, où il y a des conflits constants sur les pâturages.

Comment choisissez-vous les lieux à visiter?

La plupart du temps, je vais dans un endroit parce qu'une histoire s'y développe. Avec beaucoup de ces histoires, vous devez être très rapide pour être le premier à être là et à prendre les photos. Mais c'est différent à chaque fois. Parfois, je dois voyager très loin pour prendre une photo. Parfois j'y arrive rapidement. Et parfois, je dois attendre cinq jours pour avoir accès.

Cela signifie que vous entendez quelque chose ou obtenez une commande et que vous partez ...

Tous les deux. Souvent, je viens de partir. La logistique fait partie intégrante de mon travail de reporting. Prendre la photo n'est qu'une très petite partie de mon travail. Tout d'abord, je dois rechercher l'histoire, même savoir ce qui se passe. Avoir des contacts qui peuvent me donner les dernières informations. Puis voyagez-vous là-bas - comment y arriver? Y a-t-il des routes ou devez-vous vous y rendre en hélicoptère? L'avion peut-il atterrir même si c'est la saison des pluies? C'est toujours un peu différent. En Somalie, par exemple, j'avais quinze gardes du corps pour ne pas me faire kidnapper. Dans d'autres endroits, vous n'avez qu'une seule personne avec vous afin que vous soyez le moins visible possible.

Quel équipement photographique utilisez-vous?

Je travaille avec de petits appareils photo depuis plusieurs années, en particulier les appareils photo à viseur de la série Leica M. Voyager avec ces caméras est beaucoup moins perceptible et me permet de mieux disparaître - je parais moins menaçant. J'aime travailler avec le viseur et la mise au point manuelle, donc je suis plus dans la scène. Je dois réfléchir à deux fois, ajuster constamment la mise au point - être conscient de mon environnement et être complètement immergé en eux.

Vos photos semblent très respectueuses. Comment tu fais ça?

Je pense qu'après tant d'années en Afrique, j'ai une idée des photos que je peux prendre pour raconter les histoires avec respect. Les couleurs et les compositions ne doivent pas seulement rendre les images de l'Afrique terribles. Même si beaucoup de choses sont terribles, elles devraient aussi montrer la force intérieure de l'Afrique. C'est pourquoi je suis resté. Parce que je suis tombé amoureux des pays d'Afrique de l'Est, du sol, de la cuisine, des gens, de cette énergie. Vivre au Kenya était l'un des facteurs les plus importants pour être proche des histoires de l'Afrique de l'Est et de tout le continent.

Comment parvenez-vous à être proche et respectueux des gens?

Si vous êtes ouvert avec les gens, ils le sont aussi. Je pense que c'est un partenariat. Vous êtes vous-même vulnérable et les gens le remarquent et s'ouvrent. Mais les compositions et la lumière sont aussi importantes pour moi, pour qu'elle s'harmonise dans l'image. Et un peu de distance c'est aussi bien, physiquement je veux dire, pas avec le cœur. Je suis très proche de mon cœur. Robert Capa a dit oui: "Si vos photos ne sont pas assez bonnes, vous n'êtes pas assez proches". Je pense que cela a aussi à voir avec le cœur.

Quand posez-vous la caméra?

Je pose souvent l'appareil photo quand il y en a trop. Vous réalisez qui peut continuer et qui a besoin d'une pause. Mais je reste toujours aussi longtemps que je peux. Lorsque vous êtes avec des gens, vous pouvez également attendre de voir ce qui se passe. Il ne s'agit pas simplement de prendre une photo et d'être ensuite satisfait. Par exemple, je reste avec une famille dans la nuit, si possible jusqu'à ce que tout le monde dorme. Bien sûr, je pose également la caméra lorsque je peux faire quelque chose et que personne d'autre n'est là pour m'aider.

Cela signifie-t-il aussi apprendre à se connaître?

Oui, en étant ouvert aux gens. Je me montre tel que je suis et j'espère que vous ferez de même. Dès que cela arrive, j'essaye de prendre du recul pour que la vie continue comme si je n'étais pas là.

Alors tu ne parles pas aux gens, tu regardes juste ...

Je communique beaucoup avec le langage corporel et avec mes yeux. Je regarde aussi comment les gens parlent. Je ne comprends souvent pas la langue, mais je comprends souvent ce qu'elle veut dire.

Comment avez-vous appris à travailler comme photographe de reportage?

J'ai grandi à Hong Kong et je suis rapidement devenu photographe de presse là-bas. Petits reportages, portraits ... J'étais toujours en déplacement, j'avais quelques boulots par jour. C'est une bonne formation pour travailler pour un journal. Vous êtes très occupé, vous apprenez à réagir rapidement, à réfléchir rapidement et à envoyer rapidement les images. L'autre est simple: j'étais intéressé, j'étais curieux.

Faites-vous ce travail pour vous-même?

Oui, en tout cas. Je n'ai jamais eu à faire ça, je le voulais. Mais la motivation est aussi que vous êtes à l'avant-garde de l'histoire, en vous rapprochant de la réalité. Lorsque vous êtes dans une zone de guerre, vous photographiez comment l'histoire est écrite. Lorsque vous êtes le seul photographe sur place et que vous prenez les photos qui représenteront un certain événement dans cinquante ans, c'est passionnant. Je pensais souvent juste que je tournais pour l'histoire, pas maintenant. Mais cela a changé au cours des deux dernières années.

Savez-vous au moment où vous prenez une photo que ce sera une superbe photo?

Je sais quand je prends de bonnes photos et quand ça ne va pas si bien. Si cela fonctionne correctement, je ne remarquerai même pas que je tiens un appareil photo dans ma main. Je suis tellement concentré que tu pourrais me donner n'importe quel appareil photo. Tout est sur pilote automatique: composition, exposition, mise au point ... tout fonctionne. Je regarde à travers la caméra. J'ai vu cela plusieurs fois. Je n'aime pas non plus regarder l'écran. Peut-être en début de journée pour voir si je peux encore le faire.

Retour à Photo Münsingen: De quoi s'agit-il d'exposer ici?

J'avais l'habitude de travailler avec beaucoup de magazines. Et j'ai toujours pensé que ça marcherait. Les gens regarderont ces images et quelque chose se passera. Mais ça ne s'est pas toujours produit: j'ai dit aux gens des choses qu'ils savaient déjà… Venir en Suisse, c'est aussi parce que je ne veux plus penser globalement quand il s'agit du public, mais plus proche des gens. Je veux toucher plus de gens qui autrement ne verraient pas nécessairement ces histoires. Et j'ai remarqué que les Suisses sont très intéressés par ces histoires et ces images. Photo Münsingen a la bonne taille et je pense qu'il y a un intérêt particulier pour Photo Münsingen, où il y a tellement de photographes.

Quels conseils donneriez-vous aux photographes qui souhaiteraient apprendre à photographier des reportages à votre façon?

Le plus important est de s'intéresser à un sujet et à une histoire, pas seulement d'être photographe. Si je n'étais pas photographe, je choisirais probablement le cinéma ou une autre forme de communication. La formation est importante pour prendre des photos autant que possible, faire des erreurs, essayer des choses. Et étudiez également les photographes historiques et contemporains. Pour moi, cela signifiait aller dans les bibliothèques et regarder des livres photo, découvrir différents styles et compositions et voir comment les séquences fonctionnent pour raconter une histoire en images.

Entretien: Tobias Kühn

À l'exposition de Dominic Nahr ...
Dominic Nahr dans la Photo Arena ...
Conférence de Dominic Nahr ...

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Participer à la discussion?
Laissez nous votre commentaire!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués par *

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. En savoir plus sur le traitement de vos données de commentaire.