Urs Hintermann: «Ver-rück­te Zeit»

Urs Hintermann, membre OK de Photo Münsingen, vit la pandémie corona comme beaucoup d'entre nous: d'abord avec incrédulité, puis avec une certaine curiosité sur la façon dont l'état d'urgence change notre vie quotidienne. Pour un photographe engagé, il est logique de prendre l'appareil photo. Réflexions et images des premières semaines de verrouillage.

Après le déclenchement de la pandémie corona, je me sentais comme tout le monde: d'abord, choc et incrédulité, ce que l'on vivait. Puis j'ai soudain réalisé que nous étions probablement témoins d'un événement qui serait unique pour une génération ou deux.

Au début, j'ai pris conscience d'un problème mineur: pour la première fois depuis des décennies, vous pouvez voir un ciel bleu pendant toute une journée à Münsingen sans aucune traînée dans le ciel. Alors j'en ai un Timelapse de 13 heures du ciel au-dessus de Berne fait. Nous ne reverrons probablement jamais cela de sitôt. Un document contemporain!

Le lendemain, le groupe de deux hommes "Bearbeat" s'est rendu sur la place de notre développement (Giessenpark) et a donné un court concert - bien sûr, en gardant la distance de 2 mètres! Le concert a été un encouragement pour tous ceux qui doivent rester à la maison et bien sûr aussi une source de revenus pour les musiciens, qui ne sont actuellement pas autorisés à donner des concerts en raison de la pandémie. Une idée qui nous a tous mis en place.

Je me suis alors demandé ce qu'il y avait d'autre qui était unique en cette période de folie. Magasins fermés, bien sûr. Dans les rues de Münsingen, Berne, Thoune et Interlaken, j'ai remarqué qu'il s'agissait d'un véritable trésor photographique. Il y a tout, des indices secs comme «À» ou «À bientôt» aux théories du complot mondial. Y compris beaucoup de choses drôles, commerciales, fatalistes, droites et poétiques.

Bien sûr, j'ai également remarqué d'autres traces lors de mes promenades. Par exemple, comment les gens se tiennent presque systématiquement à distance les uns des autres. Les masques, quelque chose que nous ne connaissions auparavant que des touristes asiatiques, sont soudainement omniprésents. Et puis il y a bien sûr les traces évidentes sous forme d'innombrables flèches, lignes de distance, etc., qui sont plus ou moins suivies.

Il y en aurait beaucoup plus. Je vais créer un cahier Corona pour moi-même qui enregistrera ce moment spécial. J'espère que bientôt nous le feuilleterons à la maison et dirons: "Tu te souviens à l'époque, en ces temps fous ...".

 

D'autres œuvres d'Urs Hintermann sont disponibles sur son site Internet https://urshintermann-photography.ch

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Participer à la discussion?
Laissez nous votre commentaire!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués par *

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. En savoir plus sur le traitement de vos données de commentaire.