Conférences et Audio Vision : Un aperçu des dates

De nombreuses conférences, des productions audiovisuelles et la remise des prix Photosuisse auront lieu pendant les quatre jours de l'exposition. C'est quand quoi ? Un aperçu.

Jeudi 26 mai 2022

Expositions et Photo Arena ouvertes de 10h à 18h, blocs Audio Vision dans la Füürwehrsaal à 13.00h, 13.45h14.30, 15.15hXNUMX et XNUMXhXNUMX

10.30 Conférence : Marco Felix, conseils pour la photographie de voyage salle paroissiale
11.00 Conférence : Thomas Kern, L'émergence d'une série de portraits Fürwehrhaus
12.00 Conférence : Andreas Zimmermann, m.object salle paroissiale
13.00 Conférence : Christian Reding, innovations Nikon salle paroissiale
14.30 Conférence : Thomas Biasotto, MASSIVE salle paroissiale
16.00 Conférence : Patric Vigato, EIZO, gestion des couleurs salle paroissiale
16.30 Conférence : Martin Bissig, Extremely on the move Fürwehrhaus
17.00 Conférence : Christian Reding, Goûtez à la technologie photo salle paroissiale

Vendredi 27 mai 2022

Expositions et Photo Arena ouvertes de 10h à 18h, blocs Audio Vision dans la Füürwehrsaal à 13.00h, 13.45h14.30, 15.15hXNUMX et XNUMXhXNUMX

11.00 Conférence : Harry Lieber (DE), La beauté derrière l'évidence Fürwehrhaus
11.00 Conférence : Oliver May, EIZO, gestion des couleurs salle paroissiale
12.00 Conférence : Andreas Zimmermann, m.object salle paroissiale
13.00 Conférence : Christian Reding, innovations Nikon salle paroissiale
14.30 Conférence : Mary Farinello, bookfactory Software salle paroissiale
19.00 Multivision : Andreas Zimmermann, totalement fou Fürwehrhaus

Samedi 28 mai 2022

Expositions et Photo Arena ouvertes de 10h à 18h, blocs Audio Vision dans la Füürwehrsaal à 13.00h, 13.45h14.30, 15.15hXNUMX et XNUMXhXNUMX

11.00 Conférence : Mathias Kniepeiss (AT), La magie de l'instant Fürwehrhaus
11.00 Conférence : Oliver May, EIZO, gestion des couleurs salle paroissiale
12.00 Conférence : Andreas Zimmermann, m.object salle paroissiale
13.00 Conférence : Christian Reding, innovations Nikon salle paroissiale
14.00 Remise des prix PHOTOSUISSE 2021 Bâtiment scolaire auditorium Schlossmatt
14.30 Conférence : Marco Felix, conseils pour la photographie de voyage salle paroissiale
16.30 Conférence : Olivier Morin (FR), Arctic Fun Fürwehrhaus

Dimanche 29 mai 2022

Expositions et Photo Arena ouvertes de 10h à 17h, blocs Audio Vision dans la Füürwehrsaal à 13.00h, 13.45h14.30, 15.15hXNUMX et XNUMXhXNUMX

10.30 Conférence : Christian Reding, Goûtez à la technologie photo salle paroissiale
11.00 Conférence : Werner Richner (DE), Entre ciel et terre Fürwehrhaus
12.00 Conférence : Andreas Zimmermann, m.object salle paroissiale
13.00 Conférence : Christian Reding, innovations Nikon salle paroissiale
14.30 Conférence : Christian Burkhardt & Filipp Rechsteiner, Bookfactory salle paroissiale
16.00 Tombola pour les gagnants du concours visiteurs Schlossgutsaal

Entretien avec Thomas Kern : "Je viens à vous en tant que personne."

Pour la série "Je te regarde et tu dis" Thomas Kern a photographié 61 personnes de toutes les régions du canton de Fribourg. Dans l'interview, il parle de la création de la série, de sa méthode de travail et de la sélection des portraits.

Thomas Kern, vous êtes chez vous en Argovie, mais pour la 12e édition de l'« Enquête photographique : thème fribourgeois », vous avez représenté les Fribourgeois pendant toute une année. comment venir

Je dois digresser un peu. L'Enquête Photographique Fribourgeoise est un concours que je connais depuis longtemps. Cependant, je ne me suis pas rendu compte pendant longtemps qu'il était aussi ouvert aux photographes extérieurs au canton et que je pouvais postuler là-bas. Après mon exposition sur Haïti en 2017, je n'avais pas de grands projets. J'ai donc trouvé intéressant de postuler ici.

Vous cherchiez donc un sujet.

Oui. Ce n'était pas si facile, car je ne suis pas de Fribourg. Je n'ai pas de gros revenus. Il m'est rapidement apparu que je voulais faire des portraits - parce que j'aime tout simplement le faire. Je ne voulais cependant pas imposer un thème à l'ensemble. Par exemple, je ne voulais pas photographier une certaine ethnie ou un certain type de personnes. Je voulais laisser ça ouvert. Lors de la candidature, le grand art était de décrire le projet sur trois pages de manière compréhensible, mais sans dire au jury quelles personnes du canton de Fribourg j'allais finalement photographier. A l'époque, je ne voulais même pas me connaître, je voulais juste laisser faire le hasard.

Alors, comment avez-vous choisi les personnes pour vos portraits ?

Dans le cadre de mes recherches, j'ai lu un livre de Jean-François Haas, écrivain fribourgeois. Dans ces romans, Haas a décrit de manière peu spectaculaire la vie de personnes au hasard dans de très belles histoires. J'ai tout de suite eu l'impression qu'ils venaient de Fribourg, même si ce n'était déclaré nulle part. C'était comme un guide pour moi. Alors j'ai commencé avec lui. Ensuite, j'ai eu quelques personnes de plus avec qui me connecter. Par exemple, un cultivateur de tabac dont j'ai déjà fait un reportage. J'ai demandé à ces personnes de me passer à quelqu'un d'autre. Environ 80 pour cent des contacts ont eu lieu grâce à des références.

Ailleurs, vous avez mentionné la concentration entre vous et la baby-sitter. Que veux-tu dire par là?

Lors de la prise de vue, un moment doit survenir au cours duquel il n'y a rien entre moi et la personne photographiée. Pas d'image, pas de masque. Je voulais me rapprocher le plus possible des gens. Créez un objectif commun. Il était important pour moi que les opinions des gens ne soient pas obstruées. Parce que cela permet aux téléspectateurs de regarder à l'intérieur des images. Dès que je prends un portrait où l'expression du visage est le résultat d'une interaction entre moi et cette personne, alors en tant que photographe, je possède ce moment. Cependant, je voulais que les personnes qui regardent ces images puissent regarder à l'intérieur des images. Et que les gens que j'ai photographiés regardent les spectateurs exactement comme ils me regardaient.

Comment est-il possible d'atteindre cette concentration ?

C'est très individuel, il n'y a pas de recette. Il était important pour moi que je parle du projet aux gens en amont : je viendrai chez vous et il n'y a pas de raison. Sauf que quelqu'un a appelé votre nom. On ne se connaît pas et je ne veux pas que tu représentes quoi que ce soit - même si tu es dans un club de foot, je ne viendrai pas te photographier en tant que footballeur. Je viens à vous en tant qu'humain. Je veux laisser tout le reste en dehors de l'image. Les gens l'ont compris.

Quel rôle joue la technologie ici ?

J'ai pris les photos en analogique, c'était clair pour moi pour diverses raisons. D'un côté, j'ai grandi avec. C'est une technique qui ne me fait pas peur. En revanche, en tant que photographe, cela m'oblige à être plus prudent, notamment avec les portraits. C'est un processus plus lent. Après douze images, je dois changer de pellicule. Le rythme est différent que lorsque j'expose 1500 images. C'est aussi important : je n'ai pas à voir ce que je fais et surtout je ne veux pas que la personne représentée voie ce que je fais.

Nous sommes tous constamment photographiés ces jours-ci. A tel point que prendre des photos n'est plus perçu comme l'action réelle. Mais si tu prends des photos si lentement, ça devient tout à coup un jeu. Ça amène les gens au moment où je dis : "Maintenant, c'est bon, la lumière est bonne, maintenant ne pense plus à rien".

Comment avez-vous choisi l'emplacement du portrait et la position du portraituré ?

Je ne me souciais pas vraiment de l'arrière-plan qui apparaissait sur l'image. Néanmoins, mon objectif a toujours été de prendre une photo intéressante. Comme je travaillais avec la lumière naturelle, le choix en termes d'emplacement était le plus souvent minime. J'avais besoin d'un peu d'espace et la lumière devait être là. C'est donc ce qui s'est passé. Pour la posture je donne des consignes très légères, surveillez le langage corporel pour voir si la personne est à l'aise. À la fin, il y a très peu d'instructions. "Regardez la caméra, regardez directement, s'il vous plaît fermez votre bouche". Je ne voulais pas que les gens rigolent car c'est un geste fort qui les met tout de suite à une certaine distance.

Dans quelle mesure les personnes représentées ont-elles pu avoir leur mot à dire ?

En fait, je ne lui ai même pas demandé. Même si j'ai l'impression que c'est quelque chose de très collaboratif que nous faisons. Il était clair dès le départ que je prendrais la photo.

Vers l'exposition de Thomas Kern…

À la conférence de Thomas Kern…

Photo de couverture : © Luca Zanetti

Photographe sportif Martin Bissig : "C'est aussi épuisant pour moi que pour les athlètes"

En tant que photographe d'action et de vélo de montagne, Martin Bissig accompagne les athlètes dans leurs aventures aux quatre coins du monde. À Photo Münsingen, il présente des extraits des séries "Facing K2" (Pakistan), "Chasing Trails" (Iran) et "Nekor - A Pilgrim Ride" (Tibet). Dans l'interview, Bissig parle de ses méthodes de travail, de ses préparations et de son équipement.

Martin Bissig, vous accompagnez les sportifs dans leurs aventures. Comment se prépare-t-on pour une telle mission ?

Une distinction doit être faite entre la préparation matérielle et la préparation physique. Concernant le matériel, il est important que je sache dès le départ ce que je vais rencontrer, à quoi ça ressemble sur place et quelles sont mes options. Par exemple, il n'y a souvent aucun moyen de recharger les batteries pendant des jours. Je dois donc m'assurer de pouvoir travailler de manière autonome pendant cette période. Cela signifie : avoir suffisamment de cartes mémoire et de batteries avec vous, avoir la possibilité de faire une sauvegarde, etc. Ensuite, je travaille toujours avec deux caméras au cas où l'une tomberait en panne. Les radios pour parler aux athlètes ou un drone sont également importants. Il est souvent difficile d'obtenir quelque chose comme ça lorsque vous êtes sur la route.

Quelle est la préparation physique ?

Je voyage beaucoup avant l'expédition. Je ne m'entraîne pas spécifiquement, mais j'essaie d'être en bonne forme physique toute l'année. C'est aussi exigeant physiquement pour moi que pour les athlètes. En ce qui concerne l'altitude, je me suis déjà acclimaté dans une tente d'altitude à la maison. Je me prépare bien, car si un athlète abandonne lors d'une expédition, cela fait partie de l'histoire. Par contre, si j'échoue, il n'y a pas de photos. Et je ne peux pas me le permettre.

Avec quel matériel photo travaillez-vous ?

Je travaille avec le système Canon complètement sans miroir depuis trois ans - principalement en raison de la taille et du poids, ce qui est très important pour moi. Je travaille toujours avec deux caméras en même temps. J'ai un objectif grand angle 15 mm sur l'un, un superzoom sur l'autre, actuellement un 24-240 mm. Il est important pour moi de pouvoir couvrir toute la plage de focales et de ne pas avoir à changer d'objectif. J'ai les caméras sur une ceinture de hanche, donc je suis prêt à tout moment.

Qui sont les clients de ces images, comment votre travail est-il financé ?

Il faut différencier : d'un côté il y a les expéditions. Je ne gagne pas assez avec ça pour pouvoir gagner ma vie en Suisse. Bien que les histoires soient publiées dans quinze à vingt pays à la fois et soient également financées par des sponsors. Par contre, je fais beaucoup de travail commercial, ici en Suisse et dans les pays voisins. Pour les fabricants de vélos, les fabricants de sacs à dos, les destinations de vacances, etc. C'est comme ça que je gagne mon argent.

Les expéditions que je fais sont financées par des sponsors, qui reçoivent ensuite également une partie des photos. Ou par des athlètes, qui à leur tour ont couvert cela avec des sponsors. En partie aussi des destinations touristiques où nous sommes invités. Et puis je reçois un petit retour des magazines dans lesquels nous publions.

Comment travaillez-vous sur place : êtes-vous un observateur silencieux ou arrangez-vous les choses ?

Lors d'une expédition, j'essaie d'être aussi réel et authentique que possible. Je n'arrange rien, je ne fixe rien, mais la plupart de ce qui se passe se passe ainsi. Cela signifie que je suis vraiment un observateur. Il y a bien sûr des scènes d'action qu'on fait deux ou trois fois pour que ça ait l'air cool, mais je n'arrangerais rien qui ne corresponde pas à la réalité.

En quoi consiste votre travail sur place ?

Dans une expédition comme celle au Pakistan, c'est un domaine très vaste que j'aborde sous forme de one man show : j'ai filmé, photographié, piloté des drones, fait du son. J'ai également monté le film et distribué des images aux magazines. Sur place, ma journée de travail commence tôt le matin quand je me lève et le chauffeur se termine après une dure journée d'entretiens.

Avez-vous un conseil pour les photographes qui souhaitent se lancer dans la photographie de sports extrêmes et d'action ?

Il n'y a vraiment qu'une chose : sortir, faire, s'amuser avec ce que l'on aime faire. Le succès commercial vient généralement naturellement après. Bien que vous deviez dire : c'est un endroit difficile, il y a beaucoup de bons photographes existants qui ont déjà un nom. Pour commencer, je suggère de faire équipe avec un athlète. Ou dans le secteur commercial pour contacter les fabricants d'équipements de plein air. Il y a toujours de jeunes marques cool qui recherchent aussi de jeunes photographes cool.

À l'exposition de Martin Bissig…

À la conférence de Martin Bissig…

 

Impressions de Photo Münsingen 2019: photos, vidéos et réseaux sociaux

Photo Münsingen 2019 bat son plein. Les premières impressions peuvent être trouvées dans la galerie d'images, des interviews vidéo et d'autres impressions sur les réseaux sociaux.

Dans la galerie et sur Flickr, nous avons des photos du vernissage et les premières impressions de Photo Münsingen 2019. Vers la galerie ...

 

Nous rapportons quotidiennement l'exposition sur Facebook. Divers exposants s'expriment dans des interviews vidéo sur leurs sujets et Photo Münsingen. Vers la page Facebook de Photo Münsingen ...

Conférences, visites guidées, audio-vision: un aperçu des dates

De nombreuses visites guidées et conférences auront lieu pendant les quatre jours d'exposition. Quand se passe-t-il? Un aperçu.

Jeudi 30 mai 2019

Expositions et Photo Arena ouvertes de 10 h à 17 h

10.30 Conférence: Walter Weber, Fuji - Kirchgemeindehaus
11.00 Conférence: Patrick Rohr - Füürwehrsaal
13.00 Visite guidée: Adrian Moser - Schlossgutplatz
13.30 Visite guidée: Wolfgang Wiesen (D) - Schlossallee

Conférence: Christian Reding, Nikon - Kirchgemeindehaus

14.00 Visite guidée: Alain Rivière-Lecoeur - Maison fleurie

Visite guidée: Christian Bobst - Salle paroissiale

14.30 Visite guidée: Pascal Sentenac (F) - château

Visite guidée: Dominic Nahr - Schlossweg

15.00 Visite guidée: Patrick Rohr - Château

Conférence: Silvan Schär, Photo Zumstein - Kirchgemeindehaus

15.30 Visite guidée: Alex et Felix - Château
16.00 Visite guidée: Château Julie de Waroquier
16.30 Visite guidée: Elsbeth Stalder - Schlossgut Retirement Center

Table ronde - Füürwehrsaal

17.00 Visite guidée: Noemi Romano - maison des jeunes / cave

Vendredi 31 mai 2019

Expositions et Photo Arena ouvertes de 10 h à 19 h

10.30 Conférence: Walter Weber, Fuji - Kirchgemeindehaus
11.00 Conférence: Alex et Felix - Füürwehrsaal
13.30 Visite guidée: Swissinstameet - Parc du château

Conférence: Christian Reding, Nikon - Kirchgemeindehaus

14.00 Visite guidée: Jürg Ramseier - Château
15.00 Conférence: Silvan Schär, Photo Zumstein - Kirchgemeindehaus
19.00 Multivision: Katja et Josef Niedermeier: Füürwehrsaal
20.00 Visite guidée: Noemi Romano - maison des jeunes / cave
21.00 Concert: Josua Romano - centre jeunesse / cave

Samedi 1er juin

Expositions et Photo Arena ouvertes de 10 h à 18 h

10.30 Conférence: Walter Weber, Fuji - Kirchgemeindehaus
11.00 Conférence: Wolfgang Wiesen, - Füürwehrsaal
13.30 Visite guidée: Wolfgang Wiesen - Schlossallee

Visite guidée: Swissinstameet - Parc du château

Conférence: Christian Reding, Nikon - Kirchgemeindehaus

14.00 Visite guidée: Alain Rivière-Lecoeur - Maison fleurie

Visite guidée: Jürg Ramseier - Château

14.30 Visite guidée: Pascal Sentenac - château

Visite guidée: Dominic Nahr - Schlossweg

15.00 Conférence: Silvan Schär, Photo Zumstein - Kirchgemeindehaus
16.00 Visite guidée: Château Julie de Waroquier
16.30 Visite guidée: Elsbeth Stalder - Schlossgut Retirement Center

Conférence: Dominic Nahr - Füürwehrsaal

17.00 Visite guidée: Noemi Romano - maison des jeunes / cave

Dimanche 2 juin

Expositions et Photo Arena ouvertes de 10 h à 17 h

10.30 Conférence: Walter Weber, Fuji - Kirchgemeindehaus
11.00 Conférence: Adrian Moser - Füürwehrsaal
13.00 Visite guidée: Adrian Moser - Schlossgutplatz
13.30 Visite guidée: Swissinstameet - Parc du château

Conférence: Christian Reding, Nikon - Kirchgemeindehaus

14.00 Visite guidée: Christian Bobst - Salle paroissiale
15.30 Visite guidée: Alex et Felix - Château
16.00 Tirage au sort pour les gagnants du concours des visiteurs - Schlossgutsaal

Les blocs Audio Vision du Füürwehrsaal commencent tous les jours à: 13.00h13.30, 14.00h14.30, 15.00h15.30, XNUMXhXNUMX, XNUMXhXNUMX, XNUMXhXNUMX.

Entretien avec Dominic Nahr: "Je suis très proche de mon cœur"

Dans l'exposition «Ressources et conséquences», Dominic Nahr montre des images de diverses zones de crise en Afrique. Le photographe de reportage, né à Heiden (AR) et a grandi à Hong Kong, a vécu au Kenya pendant neuf ans. Dans l'interview, il parle de l'idée derrière l'exposition, de la proximité avec les personnes photographiées et des raisons pour lesquelles il aime venir à Münsingen.

Votre exposition à Photo Münsingen porte sur la lutte pour les ressources et ses conséquences. Quelle est l'idée derrière cela?

Au cours des dix dernières années, j'ai photographié des histoires en Afrique sur les ressources: pétrole, or, cassitérite, pâturage, ou eau et pêche. J'ai pensé que pour l'exposition en plein air, où vous passez d'une image à l'autre, une combinaison de photos de différents pays convient. Chaque image contient une mini-histoire sur cette lutte pour les ressources et ses conséquences. Surtout en Suisse, où l'eau est si pure, le sujet convient. Vous pouvez boire de l'eau n'importe où. C'est la première chose que j'ai remarquée en Suisse.

Avez-vous photographié spécifiquement les conflits sur les ressources en Afrique?

De nombreuses zones de guerre concernent les ressources. Congo, par exemple, c'était ma première mission sur ce continent. La guerre se déroule clairement entre différents groupes - gouvernement ou milices - qui contrôlent les ressources naturelles. Vous êtes donc automatiquement sur ce sujet. Ou dans le nord du Kenya, où il y a des conflits constants sur les pâturages.

Comment choisissez-vous les lieux à visiter?

La plupart du temps, je vais dans un endroit parce qu'une histoire s'y développe. Avec beaucoup de ces histoires, vous devez être très rapide pour être le premier à être là et à prendre les photos. Mais c'est différent à chaque fois. Parfois, je dois voyager très loin pour prendre une photo. Parfois j'y arrive rapidement. Et parfois, je dois attendre cinq jours pour avoir accès.

Cela signifie que vous entendez quelque chose ou obtenez une commande et que vous partez ...

Tous les deux. Souvent, je viens de partir. La logistique fait partie intégrante de mon travail de reporting. Prendre la photo n'est qu'une très petite partie de mon travail. Tout d'abord, je dois rechercher l'histoire, même savoir ce qui se passe. Avoir des contacts qui peuvent me donner les dernières informations. Puis voyagez-vous là-bas - comment y arriver? Y a-t-il des routes ou devez-vous vous y rendre en hélicoptère? L'avion peut-il atterrir même si c'est la saison des pluies? C'est toujours un peu différent. En Somalie, par exemple, j'avais quinze gardes du corps pour ne pas me faire kidnapper. Dans d'autres endroits, vous n'avez qu'une seule personne avec vous afin que vous soyez le moins visible possible.

Quel équipement photographique utilisez-vous?

Je travaille avec de petits appareils photo depuis plusieurs années, en particulier les appareils photo à viseur de la série Leica M. Voyager avec ces caméras est beaucoup moins perceptible et me permet de mieux disparaître - je parais moins menaçant. J'aime travailler avec le viseur et la mise au point manuelle, donc je suis plus dans la scène. Je dois réfléchir à deux fois, ajuster constamment la mise au point - être conscient de mon environnement et être complètement immergé en eux.

Vos photos semblent très respectueuses. Comment tu fais ça?

Je pense qu'après tant d'années en Afrique, j'ai une idée des photos que je peux prendre pour raconter les histoires avec respect. Les couleurs et les compositions ne doivent pas seulement rendre les images de l'Afrique terribles. Même si beaucoup de choses sont terribles, elles devraient aussi montrer la force intérieure de l'Afrique. C'est pourquoi je suis resté. Parce que je suis tombé amoureux des pays d'Afrique de l'Est, du sol, de la cuisine, des gens, de cette énergie. Vivre au Kenya était l'un des facteurs les plus importants pour être proche des histoires de l'Afrique de l'Est et de tout le continent.

Comment parvenez-vous à être proche et respectueux des gens?

Si vous êtes ouvert avec les gens, ils le sont aussi. Je pense que c'est un partenariat. Vous êtes vous-même vulnérable et les gens le remarquent et s'ouvrent. Mais les compositions et la lumière sont aussi importantes pour moi, pour qu'elle s'harmonise dans l'image. Et un peu de distance c'est aussi bien, physiquement je veux dire, pas avec le cœur. Je suis très proche de mon cœur. Robert Capa a dit oui: "Si vos photos ne sont pas assez bonnes, vous n'êtes pas assez proches". Je pense que cela a aussi à voir avec le cœur.

Quand posez-vous la caméra?

Je pose souvent l'appareil photo quand il y en a trop. Vous réalisez qui peut continuer et qui a besoin d'une pause. Mais je reste toujours aussi longtemps que je peux. Lorsque vous êtes avec des gens, vous pouvez également attendre de voir ce qui se passe. Il ne s'agit pas simplement de prendre une photo et d'être ensuite satisfait. Par exemple, je reste avec une famille dans la nuit, si possible jusqu'à ce que tout le monde dorme. Bien sûr, je pose également la caméra lorsque je peux faire quelque chose et que personne d'autre n'est là pour m'aider.

Cela signifie-t-il aussi apprendre à se connaître?

Oui, en étant ouvert aux gens. Je me montre tel que je suis et j'espère que vous ferez de même. Dès que cela arrive, j'essaye de prendre du recul pour que la vie continue comme si je n'étais pas là.

Alors tu ne parles pas aux gens, tu regardes juste ...

Je communique beaucoup avec le langage corporel et avec mes yeux. Je regarde aussi comment les gens parlent. Je ne comprends souvent pas la langue, mais je comprends souvent ce qu'elle veut dire.

Comment avez-vous appris à travailler comme photographe de reportage?

J'ai grandi à Hong Kong et je suis rapidement devenu photographe de presse là-bas. Petits reportages, portraits ... J'étais toujours en déplacement, j'avais quelques boulots par jour. C'est une bonne formation pour travailler pour un journal. Vous êtes très occupé, vous apprenez à réagir rapidement, à réfléchir rapidement et à envoyer rapidement les images. L'autre est simple: j'étais intéressé, j'étais curieux.

Faites-vous ce travail pour vous-même?

Oui, en tout cas. Je n'ai jamais eu à faire ça, je le voulais. Mais la motivation est aussi que vous êtes à l'avant-garde de l'histoire, en vous rapprochant de la réalité. Lorsque vous êtes dans une zone de guerre, vous photographiez comment l'histoire est écrite. Lorsque vous êtes le seul photographe sur place et que vous prenez les photos qui représenteront un certain événement dans cinquante ans, c'est passionnant. Je pensais souvent juste que je tournais pour l'histoire, pas maintenant. Mais cela a changé au cours des deux dernières années.

Savez-vous au moment où vous prenez une photo que ce sera une superbe photo?

Je sais quand je prends de bonnes photos et quand ça ne va pas si bien. Si cela fonctionne correctement, je ne remarquerai même pas que je tiens un appareil photo dans ma main. Je suis tellement concentré que tu pourrais me donner n'importe quel appareil photo. Tout est sur pilote automatique: composition, exposition, mise au point ... tout fonctionne. Je regarde à travers la caméra. J'ai vu cela plusieurs fois. Je n'aime pas non plus regarder l'écran. Peut-être en début de journée pour voir si je peux encore le faire.

Retour à Photo Münsingen: De quoi s'agit-il d'exposer ici?

J'avais l'habitude de travailler avec beaucoup de magazines. Et j'ai toujours pensé que ça marcherait. Les gens regarderont ces images et quelque chose se passera. Mais ça ne s'est pas toujours produit: j'ai dit aux gens des choses qu'ils savaient déjà… Venir en Suisse, c'est aussi parce que je ne veux plus penser globalement quand il s'agit du public, mais plus proche des gens. Je veux toucher plus de gens qui autrement ne verraient pas nécessairement ces histoires. Et j'ai remarqué que les Suisses sont très intéressés par ces histoires et ces images. Photo Münsingen a la bonne taille et je pense qu'il y a un intérêt particulier pour Photo Münsingen, où il y a tellement de photographes.

Quels conseils donneriez-vous aux photographes qui souhaiteraient apprendre à photographier des reportages à votre façon?

Le plus important est de s'intéresser à un sujet et à une histoire, pas seulement d'être photographe. Si je n'étais pas photographe, je choisirais probablement le cinéma ou une autre forme de communication. La formation est importante pour prendre des photos autant que possible, faire des erreurs, essayer des choses. Et étudiez également les photographes historiques et contemporains. Pour moi, cela signifiait aller dans les bibliothèques et regarder des livres photo, découvrir différents styles et compositions et voir comment les séquences fonctionnent pour raconter une histoire en images.

Entretien: Tobias Kühn

À l'exposition de Dominic Nahr ...
Dominic Nahr dans la Photo Arena ...
Conférence de Dominic Nahr ...

Photo Münsingen 2018 dans les médias

Un extrait de la couverture médiatique de Photo Münsingen 2018:

 

 

Photo Münsingen 2018: c'est ce qui vous attend

Photo Münsingen 2018 prend forme: le programme est terminé, la brochure est en cours d'impression et les préparatifs sont en cours. Un premier tour d'horizon des temps forts.

Des expositions
Henné et Arthur Honegger, Oh, Amiland!
Une image des États-Unis que seuls les habitants connaissent normalement.

Battre Mumenthaler, PROCHE DE VOTRE ÂME
Des portraits qui donnent l'impression de pouvoir approfondir une vie.

Lorenz Andreas Fischer, Alpes
Fonte des glaciers, dégel des lacs de montagne, paysages brumeux ou début de l'hiver.

Janine Machiedo (D), SURRÉALITÉ
Des mondes surréalistes et bizarres dans des moments qui ne se sont jamais produits.

Florian Spring, Dans le nid des crocodiles
Rapport du village de Kandinge en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

62 clubs photo d'Allemagne et de l'étranger
Compétition de club et exposition sur «Move».

> Toutes les expositions en un coup d'œil ...

 

Audio-vision, conférences, arène photo
Brésil - De Rio à l'Amazonie
Multivision avec les commentaires en direct du Dr. Heiko Beyer (réservation requise).

Table ronde sur Instagram
Boris Baldinger parle aux photographes d'Instagram du nouveau média.

Photo Arena 2018
Andrist à Zimmermann: 10 exposants présentent leurs photos dans l'arène circulaire de l'écran.

> Toutes les visions audio ...
> Toutes les leçons ...

Photo Münsingen 2017 dans les médias

Un extrait de la couverture médiatique de Photo Münsingen 2017:

 

Surprise aux amis photographie les francophones

Chers amis photographes

"Photo Münsingen" est incontestablement l'une des plus grandes manifestations photographiques de Suisse.
Des photographes Suisses et internationaux y présentent leurs œuvres. De nombreux stages et des projections audiovisuelles enrichissent le programme de cette rencontre photo située à proximité de Berne.

L'édition 2017, qui aura lieu du 25 au 28 mai, réserve une belle surprise aux amis photographes francophones: plusieurs événements seront proposés en français en particulier le samedi 27 mai:

11h: Présentation "Work in progress" de Lea Lund et Erik K. Lieu: caserne de pompiers
https://photomuensingen.ch/phm2017/vortraege/vortrag-2017-lea-lun-und-erik‑k/

12h30: Visite guidée de l'exposition "Snow Monkey" de Dorota & Bruno Sénéchal. Lieu: Schlossallee
https://photomuensingen.ch/phm2017/ausstellungen/ausstellung-2017-dorota-bruno-senechal‑f/

13h: Visite guidée de l'exposition "Le jazz au bout des doigts" de Sophie Le Roux. Lieu: Château
https://photomuensingen.ch/phm2017/ausstellungen/ausstellung-2017-sophie-le-roux/

14h: Visite guidée de l'exposition "Tokyo.7" du Collectif SGP & JCB. Lieu: Maison de retraite Bärenmatte
https://photomuensingen.ch/phm2017/ausstellungen/ausstellung-collectif_sgp_jcb/

16h: Présentation "La série photographique" de Jean-Christophe Béchet Lieu: Maison de retraite Bärenmatte
https://photomuensingen.ch/phm2017/vortraege/vortrag-2017-jean-hhristophe-bechet/

Les visites guidées et les présentations sont gratuites.

Vendredi 26.05.2017 mai XNUMX:
9h - 17h: Scène "Créer un" vrai "livre photo" de Jean-Christophe Béchet. Lieu: maison de retraite Bärenmatte.
Réservation à partir du 18.04.2017, 20h à cette adresse https://en.xing-events.com/phm2017_24.html

Les nombreuses expositions et ainsi que des projections audiovisuelles sont au programme visibles ici: www.photomuensingen.ch

Nous nous réjouissons de vous accueillir à Photo Münsigen très prochainement.

Très cordialement
Rudolf Mäusli