• Exposition 2019

    Christian Bobst, Les doubles réfugiés de Chatila

  • Lieu

    Kirch­ge­mein­de­haus, Cheminée

  • Visites guidées

    Jeudi et dimanche à 14.00 h

Les doubles réfugiés de Chatila

Shatila est un camp de réfugiés palestiniens au sud de Beyrouth. Il a été construit pour un nombre d'environ 3000 1949 personnes après la guerre israélo-arabe de 1948 pour héberger les réfugiés palestiniens qui ont fui ou ont été déplacés pendant l'exode palestinien de 2019. Shatila aura XNUMX ans en XNUMX et est l'un des plus anciens camps de réfugiés au monde.

Il y a 12 camps de réfugiés palestiniens au Liban avec un total d'environ 500 000 réfugiés enregistrés. La Syrie, pays voisin du Liban, a déjà abrité 560 000 autres réfugiés palestiniens dans 13 camps. Depuis le début de la guerre civile syrienne, plus de 110 000 Palestiniens nés en Syrie ont fui la Syrie et sont devenus des soi-disant «doubles réfugiés». En conséquence, le nombre de réfugiés à Chatila est passé de 10 000 en 2014 à environ 24 000 personnes, qui sont maintenant entassées sur environ un kilomètre carré.

De tous les États voisins de la Syrie, le Liban a accueilli le plus grand nombre de réfugiés par rapport à la population. Cependant, ils ne reçoivent ni logement ni nourriture de l'Etat. Et obtenir un permis de travail est pratiquement impossible. En conséquence, les réfugiés de Chatila vivent dans une grande pauvreté. Le camp aurait également l'une des populations urbaines les plus élevées du monde et éclaterait à tous les niveaux, un labyrinthe de béton sombre et encombré avec des taux de criminalité élevés et un nombre élevé d'attaques contre les femmes.

Les réfugiés du camp partagent tous un même espoir: quitter cette prison le plus tôt possible et s'envoler pour un autre pays.

Christian Bobst

Le photographe de reportage Christian Bobst a d'abord étudié le graphisme. Pendant près de 15 ans, il a travaillé pour des agences de publicité telles que Wirz, Advico, Young & Rucicam et Jung von Matt en Suisse et en Allemagne et a reçu plusieurs prix internationaux pour son travail. En 2010, il a lancé sa propre entreprise et a commencé à travailler comme photographe documentaire indépendant. Depuis, il a réalisé de nombreux reportages photo et commandes en Europe, Afrique, Asie, Amérique du Nord et du Sud. Son travail a été présenté dans des magazines, des quotidiens et des médias en ligne tels que Stern, The Guardian, NZZ, Die Zeit, The New York Reviews of Books, Huffington Post, LensCulture et Geo. En 2016, il a remporté, entre autres, le 2ème prix des World Press Photo Awards dans la catégorie Sport Stories, en 2017, il a reçu le vfg Swiss Photo Award, le Photo Prize du canton de Soleure et aux États-Unis au NPPA et au PDN Photo Annual. Christian Bobst vit à Zurich et est membre de l'agence photo laif en Allemagne.

www.christianbobstphotography.com

Sponsores principaux

Sponsors