• Aus­stel­lung 2019

    Alain Ri­viè­re-Le­co­eur,
    CHAIRS DE TERRE & CHAIRS DE PIERRE

  • Ort

    Blu­men­haus

  • Füh­run­gen

    Do + Sa, je 14.00 Uhr

Chairs de terre

Au cœur de la ma­tiè­re

La Terre com­me lien et li­ant de l’humanité

Des corps fi­gés en plein mou­ve­ment. L’homme et le mi­né­ral. La peau et la terre ori­gi­nel­le. Alain Ri­viè­re-Lecœur s'inspirant de la genè­se et de la my­tho­lo­gie fixe au-delà des corps, des in­stants d’abandon d’une émo­ti­on in­ten­se où l'argile fait le lien, le li­ant.

L’artiste pé­trit, mo­dè­le et sculp­te des corps en­che­vê­trés, sou­dés les uns aux au­tres, pau­piè­res clo­ses, apai­sés après la lut­te, après l'amour, après la tra­gé­die.

Ent­re clas­si­cis­me et mo­der­nité, tou­tes ses œu­vres dé­gagent une force tel­lu­ri­que.

L’objectif de­vi­ent le té­moin d’une mise en lu­miè­re in­é­di­te.

Chairs de pierre

La pierre en­fan­te­rait des hu­mains com­me dans le my­the de Deu­ca­li­on et Pyr­rha.

Les ca­vités mi­né­ra­les où les corps nus sont re­cro­que­vil­lés ne se­rai­ent que des po­ches am­nio­ti­ques dans les­quel­les les per­son­nages sont pro­strés en po­si­ti­on fœ­ta­le.

Les corps fu­si­onnent avec leur en­vi­ron­ne­ment pour les rend­re in­dis­cern­ab­les, on peut y voir un méca­nis­me de mi­mé­tis­me et leur as­pect mi­né­ral com­mence à mon­trer des si­gnes de fos­si­li­sa­ti­on.

On y voit aus­si un cy­cle éter­nel ce­lui de la ré­sur­rec­tion et de la re­nais­sance.

Alain Ri­viè­re-Le­co­eur (F)

Alain RI­VIE­RE-LE­CO­EUR, pho­to­gra­phe fran­co-amé­ri­cain, com­mence sa car­ri­è­re à New York, il vit ac­tu­el­lement à Pa­ris.

Il a reçu les Prix AR­TEN­SI­ON 2018, Le Prix du Sa­lon d’Automne 2018, le Prix ART­CI­TE 2017, Prix Chris­tia­ne Peu­geot 2017. Il ex­po­se en Ga­le­ries d’art et fes­ti­vals na­tion­aux et étran­gers. On peut le qua­li­fier de pho­to-sculp­teur.

Haupt­spon­so­ren

Spon­so­ren