Archive de mots-clés pour : 2022

"Génial, est-ce qu'on peut se revoir"

Ambiance agréable, temps d'exposition idéal, beaucoup de retours positifs : après quatre jours d'exposition idéaux, nous dressons un bilan positif.

« Ambiance agréable, temps d'exposition idéal, beaucoup de retours positifs. Nous sommes très satisfaits», a résumé Urs Hintermann, président du CO de Photo Münsingen, dimanche après-midi.

Selon une première estimation, environ 3500 4000 à 2022 XNUMX personnes intéressées par la photographie ont assisté à Photo Münsingen XNUMX. Cela correspond à la moyenne à long terme avant la pandémie. En particulier, les présentations de divers photographes et experts ont été bien accueillies.

Urs Hintermann : « Super, on peut se revoir. Les gens ressentent le besoin d'assister à nouveau à de tels événements. Nous avons donc vécu un bel échange entre photographes, visiteurs et sponsors.»

Nous tenons à remercier les plus de 100 aides ainsi que les sponsors, mécènes et partenaires. Parmi eux, les principaux sponsors Nikon, Bookfactory et Foto Video Zumstein.

Photo Münsingen 2023 aura lieu du 18 au 21 mai 2023.

Impressions de la Photo Münsingen 2022 : photos et réseaux sociaux

La Pho­to Münsin­gen bat son plein. Notre équipe photo est en route. Les impressions, les rapports et les publications peuvent être trouvés dans notre galerie de photos et sur les réseaux sociaux.

In der Galerie und auf flickr nous avons des photos du vernissage et des premières impressions de Photo Münsingen 2022.

Utilisez le hashtag #photomuensingen ! Et suivez-nous sur nos canaux de médias sociaux pour des informations et des impressions à jour :

Le prix Photo Münsingen 2022 est attribué à Lucerne

"Last Call" est le nom du tableau gagnant Concours de club photo la Pho­to Münsin­gen 2022. Le travail de l'équipe photo de Lucerne a convaincu le jury. 50 équipes de toute la Suisse ont participé au concours "Abstract".

 "Très, très, beau", a déclaré Antonino Catalano à propos du tableau du Equipes photo Lucerne à l'occasion du vernissage. La photo a été discutée dans le jury de trois personnes. «Le câble au milieu est la connexion entre le dessus et le dessous. Les quatre composants de la page forment un cercle qui tient ensemble. Et le point rouge ressemble au point sur le I », Catalano décrit la composition. A ses côtés, Alice Lautenschlager et Anita Vozza ont fait office de jurés.

Le jury a placé le club photo Münsingen avec "Berner Brunnen" et le club photo Ebikon avec "aquarelles" aux deuxième et troisième places. Viennent ensuite le Fotoclub Fricktal ("Curved"), le Fotofreunde Oberaargau ("Indigo") et le Fotoklub Solothurn ("Abstract").

Tous les panneaux sont au Pho­to Münsin­gen exposée dans la salle du château. Là, les visiteurs peuvent également juger le travail des clubs photo et gagner de beaux prix. Six gagnants seront tirés au sort parmi tous les serres soumis le dimanche 29 mai. Des bons de Nikon, Foto Video Zumstein et Bookfactory les attendent.

D'ailleurs, le thème du concours pour l'année prochaine est déjà connu : le Photo Münsingen Award 2023 porte sur les « coutumes ».

À l'exposition…
Au concours des visiteurs…

Conférences et Audio Vision : Un aperçu des dates

De nombreuses conférences, des productions audiovisuelles et la remise des prix Photosuisse auront lieu pendant les quatre jours de l'exposition. C'est quand quoi ? Un aperçu.

Jeudi 26 mai 2022

Expositions et Photo Arena ouvertes de 10h à 18h, blocs Audio Vision dans la Füürwehrsaal à 13.00h, 13.45h14.30, 15.15hXNUMX et XNUMXhXNUMX

10.30 Conférence : Marco Felix, conseils pour la photographie de voyage salle paroissiale
11.00 Conférence : Thomas Kern, L'émergence d'une série de portraits Fürwehrhaus
12.00 Conférence : Andreas Zimmermann, m.object salle paroissiale
13.00 Conférence : Christian Reding, innovations Nikon salle paroissiale
14.30 Conférence : Thomas Biasotto, MASSIVE salle paroissiale
16.00 Conférence : Patric Vigato, EIZO, gestion des couleurs salle paroissiale
16.30 Conférence : Martin Bissig, Extremely on the move Fürwehrhaus
17.00 Conférence : Christian Reding, Goûtez à la technologie photo salle paroissiale

Vendredi 27 mai 2022

Expositions et Photo Arena ouvertes de 10h à 18h, blocs Audio Vision dans la Füürwehrsaal à 13.00h, 13.45h14.30, 15.15hXNUMX et XNUMXhXNUMX

11.00 Conférence : Harry Lieber (DE), La beauté derrière l'évidence Fürwehrhaus
11.00 Conférence : Oliver May, EIZO, gestion des couleurs salle paroissiale
12.00 Conférence : Andreas Zimmermann, m.object salle paroissiale
13.00 Conférence : Christian Reding, innovations Nikon salle paroissiale
14.30 Conférence : Mary Farinello, bookfactory Software salle paroissiale
19.00 Multivision : Andreas Zimmermann, totalement fou Fürwehrhaus

Samedi 28 mai 2022

Expositions et Photo Arena ouvertes de 10h à 18h, blocs Audio Vision dans la Füürwehrsaal à 13.00h, 13.45h14.30, 15.15hXNUMX et XNUMXhXNUMX

11.00 Conférence : Mathias Kniepeiss (AT), La magie de l'instant Fürwehrhaus
11.00 Conférence : Oliver May, EIZO, gestion des couleurs salle paroissiale
12.00 Conférence : Andreas Zimmermann, m.object salle paroissiale
13.00 Conférence : Christian Reding, innovations Nikon salle paroissiale
14.00 Remise des prix PHOTOSUISSE 2021 Bâtiment scolaire auditorium Schlossmatt
14.30 Conférence : Marco Felix, conseils pour la photographie de voyage salle paroissiale
16.30 Conférence : Olivier Morin (FR), Arctic Fun Fürwehrhaus

Dimanche 29 mai 2022

Expositions et Photo Arena ouvertes de 10h à 17h, blocs Audio Vision dans la Füürwehrsaal à 13.00h, 13.45h14.30, 15.15hXNUMX et XNUMXhXNUMX

10.30 Conférence : Christian Reding, Goûtez à la technologie photo salle paroissiale
11.00 Conférence : Werner Richner (DE), Entre ciel et terre Fürwehrhaus
12.00 Conférence : Andreas Zimmermann, m.object salle paroissiale
13.00 Conférence : Christian Reding, innovations Nikon salle paroissiale
14.30 Conférence : Christian Burkhardt & Filipp Rechsteiner, Bookfactory salle paroissiale
16.00 Tombola pour les gagnants du concours visiteurs Schlossgutsaal

Entretien avec Thomas Kern : "Je viens à vous en tant que personne."

Pour la série "Je te regarde et tu dis" Thomas Kern a photographié 61 personnes de toutes les régions du canton de Fribourg. Dans l'interview, il parle de la création de la série, de sa méthode de travail et de la sélection des portraits.

Thomas Kern, vous êtes chez vous en Argovie, mais pour la 12e édition de l'« Enquête photographique : thème fribourgeois », vous avez représenté les Fribourgeois pendant toute une année. comment venir

Je dois digresser un peu. L'Enquête Photographique Fribourgeoise est un concours que je connais depuis longtemps. Cependant, je ne me suis pas rendu compte pendant longtemps qu'il était aussi ouvert aux photographes extérieurs au canton et que je pouvais postuler là-bas. Après mon exposition sur Haïti en 2017, je n'avais pas de grands projets. J'ai donc trouvé intéressant de postuler ici.

Vous cherchiez donc un sujet.

Oui. Ce n'était pas si facile, car je ne suis pas de Fribourg. Je n'ai pas de gros revenus. Il m'est rapidement apparu que je voulais faire des portraits - parce que j'aime tout simplement le faire. Je ne voulais cependant pas imposer un thème à l'ensemble. Par exemple, je ne voulais pas photographier une certaine ethnie ou un certain type de personnes. Je voulais laisser ça ouvert. Lors de la candidature, le grand art était de décrire le projet sur trois pages de manière compréhensible, mais sans dire au jury quelles personnes du canton de Fribourg j'allais finalement photographier. A l'époque, je ne voulais même pas me connaître, je voulais juste laisser faire le hasard.

Alors, comment avez-vous choisi les personnes pour vos portraits ?

Dans le cadre de mes recherches, j'ai lu un livre de Jean-François Haas, écrivain fribourgeois. Dans ces romans, Haas a décrit de manière peu spectaculaire la vie de personnes au hasard dans de très belles histoires. J'ai tout de suite eu l'impression qu'ils venaient de Fribourg, même si ce n'était déclaré nulle part. C'était comme un guide pour moi. Alors j'ai commencé avec lui. Ensuite, j'ai eu quelques personnes de plus avec qui me connecter. Par exemple, un cultivateur de tabac dont j'ai déjà fait un reportage. J'ai demandé à ces personnes de me passer à quelqu'un d'autre. Environ 80 pour cent des contacts ont eu lieu grâce à des références.

Ailleurs, vous avez mentionné la concentration entre vous et la baby-sitter. Que veux-tu dire par là?

Lors de la prise de vue, un moment doit survenir au cours duquel il n'y a rien entre moi et la personne photographiée. Pas d'image, pas de masque. Je voulais me rapprocher le plus possible des gens. Créez un objectif commun. Il était important pour moi que les opinions des gens ne soient pas obstruées. Parce que cela permet aux téléspectateurs de regarder à l'intérieur des images. Dès que je prends un portrait où l'expression du visage est le résultat d'une interaction entre moi et cette personne, alors en tant que photographe, je possède ce moment. Cependant, je voulais que les personnes qui regardent ces images puissent regarder à l'intérieur des images. Et que les gens que j'ai photographiés regardent les spectateurs exactement comme ils me regardaient.

Comment est-il possible d'atteindre cette concentration ?

C'est très individuel, il n'y a pas de recette. Il était important pour moi que je parle du projet aux gens en amont : je viendrai chez vous et il n'y a pas de raison. Sauf que quelqu'un a appelé votre nom. On ne se connaît pas et je ne veux pas que tu représentes quoi que ce soit - même si tu es dans un club de foot, je ne viendrai pas te photographier en tant que footballeur. Je viens à vous en tant qu'humain. Je veux laisser tout le reste en dehors de l'image. Les gens l'ont compris.

Quel rôle joue la technologie ici ?

J'ai pris les photos en analogique, c'était clair pour moi pour diverses raisons. D'un côté, j'ai grandi avec. C'est une technique qui ne me fait pas peur. En revanche, en tant que photographe, cela m'oblige à être plus prudent, notamment avec les portraits. C'est un processus plus lent. Après douze images, je dois changer de pellicule. Le rythme est différent que lorsque j'expose 1500 images. C'est aussi important : je n'ai pas à voir ce que je fais et surtout je ne veux pas que la personne représentée voie ce que je fais.

Nous sommes tous constamment photographiés ces jours-ci. A tel point que prendre des photos n'est plus perçu comme l'action réelle. Mais si tu prends des photos si lentement, ça devient tout à coup un jeu. Ça amène les gens au moment où je dis : "Maintenant, c'est bon, la lumière est bonne, maintenant ne pense plus à rien".

Comment avez-vous choisi l'emplacement du portrait et la position du portraituré ?

Je ne me souciais pas vraiment de l'arrière-plan qui apparaissait sur l'image. Néanmoins, mon objectif a toujours été de prendre une photo intéressante. Comme je travaillais avec la lumière naturelle, le choix en termes d'emplacement était le plus souvent minime. J'avais besoin d'un peu d'espace et la lumière devait être là. C'est donc ce qui s'est passé. Pour la posture je donne des consignes très légères, surveillez le langage corporel pour voir si la personne est à l'aise. À la fin, il y a très peu d'instructions. "Regardez la caméra, regardez directement, s'il vous plaît fermez votre bouche". Je ne voulais pas que les gens rigolent car c'est un geste fort qui les met tout de suite à une certaine distance.

Dans quelle mesure les personnes représentées ont-elles pu avoir leur mot à dire ?

En fait, je ne lui ai même pas demandé. Même si j'ai l'impression que c'est quelque chose de très collaboratif que nous faisons. Il était clair dès le départ que je prendrais la photo.

Vers l'exposition de Thomas Kern…

À la conférence de Thomas Kern…

Photo de couverture : © Luca Zanetti

Photosuisse 2021 : cérémonie de remise des prix à Photo Münsingen

Dans le cadre de Photo Münsingen, la remise des prix PHOTOSUISSE aura lieu le samedi 28 mai 2022 à 14.00h2021. L'organisation faîtière des personnes intéressées par la photographie de toute la Suisse honore ses meilleurs photographes et les meilleurs clubs du concours XNUMX.

C'est une sorte de championnat suisse de photographie : chaque année, PHOTOSUISSE met à l'honneur les meilleurs photographes et les meilleurs clubs photo lors d'un concours. Chacun dans des catégories distinctes pour les images en couleur et en noir et blanc, ainsi que pour les images numériques, les images papier et les portfolios. Et aussi dans les évaluations individuelles pour certains sujets.

Pour l'édition 2021, 483 images imprimées et 656 photos numériques de 15 clubs différents ont été soumises par un total de 114 membres. Ces photos ont été jugées par René Dürr (CH), Viola Michaelis (CH), Klaus Loorbeer (A) et Michel Planson (F).

Les gagnants sont :

  • Meilleur photographe polyvalent Jean-Marc Ayer, SGP Genève
  • Meilleur club polyvalent AARSO Fotoklub, Zofingen
  • Meilleur photographe couleur Jean-Marc Ayer, SGP Genève
  • Meilleur photographe noir et blanc Daniel Brändli, AARSO Fotoklub, Zofingen
  • Meilleur club de couleur AARSO Photo Club, Zofingen
  • Meilleur club photo noir et blanc AARSO Photo Club, Zofingen

Le classement complet est disponible sur le Site Internet de Photosuisse.

Les meilleures photos primées des concours annuels de 2019 à 2021 sont présentées PHOTOSUISSE à Photo Münsingen. Un livre photo avec les photos est publié chaque année. PHOTOSUISSE est l'organisation faîtière des personnes intéressées par la photographie de toute la Suisse. Il existe actuellement 38 clubs photo et environ 130 personnes en tant que membres individuels.

Photo de couverture : Morning meetm, © Jean-Marc Ayer, Best All-Around Photographer 2021

Peinture avec la lumière : rendez-vous chez le spécialiste du light painting

Prendre des photos sans lumière, c'est comme faire du café sans eau : noir et sec. Différents ateliers traitent donc de la Pho­to Münsin­gen 2022 avec l'ingrédient essentiel. Bruno Kneubühler est quelqu'un qui apprivoise la lumière d'une manière particulière. Il crée des images étonnantes en utilisant le light painting.

Lorsque Bruno Kneubühler prend des photos, il fait d'abord nuit. Avec le light painting, l'obturateur de l'appareil photo est ouvert dans l'obscurité la plus complète possible, de sorte que différentes sources de lumière peuvent ensuite être utilisées pour dessiner littéralement dans l'image. "L'idée est que vous composiez une image avec des lampes, des bâtons lumineux, des lumières LED, du plexiglas ou simplement tout ce qui s'éclaire ou peut être éclairé", explique Kneubühler, expliquant le principe de base.

Tout en une exposition

Par exemple, un masque fantomatique apparaît. Avec une lampe de poche, le photographe dessine un squelette dans les airs. Puis il allume des taches colorées sur la paroi de grès de la grotte et la transforme en un lieu mystique. L'obturateur se referme. Une image colorée apparaît sur l'écran de la caméra - ce qui suscite immédiatement l'intérêt et l'imagination du spectateur.

"Tout dans l'image est créé en une seule exposition, rien n'est assemblé dans Photoshop", c'est ainsi que Bruno Kneubühler décrit sa fascination pour la technologie. « Vous pouvez en fait peindre avec de la lumière comme vous le feriez avec de la peinture. Le capteur enregistre simplement ce qu'il voit.

Il est important de bien réfléchir à la manière de procéder. Vous ne pouvez pas éteindre la lumière. "C'est un essai. Et c'est toujours excitant de voir si le résultat correspond à ce que vous aviez en tête », déclare Bruno Kneubühler.

Expériences avec la lampe de poche

Le natif de Berne a appris le light painting en autodidacte. Après avoir d'abord photographié des traînées lumineuses de voitures, des feux d'artifice ou des matchs du Bengale, il a commencé à expérimenter avec des lampes de poche. Petit à petit, grâce à internet et à ses propres bricolages, il s'est familiarisé avec la technologie. Parallèlement, il anime régulièrement des ateliers.

A l' Pho­to Münsin­gen Bruno Kneubühler propose deux stages de light painting. dans le cours de base les participants apprennent à connaître la technologie et les bases : à «Light painting avancé» des images avancées sont ensuite développées.

De bonnes idées et un trépied

Un pré-requis pour les ateliers de light painting est que les participants sachent faire fonctionner leurs caméras. Il faut savoir régler l'ouverture, l'ISO, le temps de pose et surtout la réduction du bruit pour les poses longues. Vous aurez également besoin d'un trépied et d'un déclencheur à distance. Une lampe frontale et un chapeau pour couvrir l'objectif sont également des outils utiles.

De bonnes idées sont toujours nécessaires pour le light painting. "Cela dépend toujours de la situation et du matériel disponible, de ce que vous pouvez faire", explique Kneubühler, "si les participants le souhaitent, nous pouvons mettre en œuvre des images relativement complexes dans les ateliers".

Divers ateliers sur la lumière

Voilà pour le light painting. Les situations d'éclairage particulières et leurs possibilités sont traitées dans le Pho­to Münsin­gen En 2022, cependant, il y aura également de nombreux autres ateliers. Par exemple, il y a le cours « Coup de sable » de Felix Peter, dans lequel un monde magique est créé avec de la lumière colorée et de la farine. En atelier "Nu à la chandelle" par Christoph Ris, il s'agit de créer des clichés envoûtants et sensuels avec le moins de lumière possible. L'atelier est également recommandé pour les passionnés d'éclairage "Les lois de la lumière" par Martin Zurmühle ou le cours « Portraits 1 modèle – 1 lumière » avec Remo Zehnder.

Photographe sportif Martin Bissig : "C'est aussi épuisant pour moi que pour les athlètes"

En tant que photographe d'action et de vélo de montagne, Martin Bissig accompagne les athlètes dans leurs aventures aux quatre coins du monde. À Photo Münsingen, il présente des extraits des séries "Facing K2" (Pakistan), "Chasing Trails" (Iran) et "Nekor - A Pilgrim Ride" (Tibet). Dans l'interview, Bissig parle de ses méthodes de travail, de ses préparations et de son équipement.

Martin Bissig, vous accompagnez les sportifs dans leurs aventures. Comment se prépare-t-on pour une telle mission ?

Une distinction doit être faite entre la préparation matérielle et la préparation physique. Concernant le matériel, il est important que je sache dès le départ ce que je vais rencontrer, à quoi ça ressemble sur place et quelles sont mes options. Par exemple, il n'y a souvent aucun moyen de recharger les batteries pendant des jours. Je dois donc m'assurer de pouvoir travailler de manière autonome pendant cette période. Cela signifie : avoir suffisamment de cartes mémoire et de batteries avec vous, avoir la possibilité de faire une sauvegarde, etc. Ensuite, je travaille toujours avec deux caméras au cas où l'une tomberait en panne. Les radios pour parler aux athlètes ou un drone sont également importants. Il est souvent difficile d'obtenir quelque chose comme ça lorsque vous êtes sur la route.

Quelle est la préparation physique ?

Je voyage beaucoup avant l'expédition. Je ne m'entraîne pas spécifiquement, mais j'essaie d'être en bonne forme physique toute l'année. C'est aussi exigeant physiquement pour moi que pour les athlètes. En ce qui concerne l'altitude, je me suis déjà acclimaté dans une tente d'altitude à la maison. Je me prépare bien, car si un athlète abandonne lors d'une expédition, cela fait partie de l'histoire. Par contre, si j'échoue, il n'y a pas de photos. Et je ne peux pas me le permettre.

Avec quel matériel photo travaillez-vous ?

Je travaille avec le système Canon complètement sans miroir depuis trois ans - principalement en raison de la taille et du poids, ce qui est très important pour moi. Je travaille toujours avec deux caméras en même temps. J'ai un objectif grand angle 15 mm sur l'un, un superzoom sur l'autre, actuellement un 24-240 mm. Il est important pour moi de pouvoir couvrir toute la plage de focales et de ne pas avoir à changer d'objectif. J'ai les caméras sur une ceinture de hanche, donc je suis prêt à tout moment.

Qui sont les clients de ces images, comment votre travail est-il financé ?

Il faut différencier : d'un côté il y a les expéditions. Je ne gagne pas assez avec ça pour pouvoir gagner ma vie en Suisse. Bien que les histoires soient publiées dans quinze à vingt pays à la fois et soient également financées par des sponsors. Par contre, je fais beaucoup de travail commercial, ici en Suisse et dans les pays voisins. Pour les fabricants de vélos, les fabricants de sacs à dos, les destinations de vacances, etc. C'est comme ça que je gagne mon argent.

Les expéditions que je fais sont financées par des sponsors, qui reçoivent ensuite également une partie des photos. Ou par des athlètes, qui à leur tour ont couvert cela avec des sponsors. En partie aussi des destinations touristiques où nous sommes invités. Et puis je reçois un petit retour des magazines dans lesquels nous publions.

Comment travaillez-vous sur place : êtes-vous un observateur silencieux ou arrangez-vous les choses ?

Lors d'une expédition, j'essaie d'être aussi réel et authentique que possible. Je n'arrange rien, je ne fixe rien, mais la plupart de ce qui se passe se passe ainsi. Cela signifie que je suis vraiment un observateur. Il y a bien sûr des scènes d'action qu'on fait deux ou trois fois pour que ça ait l'air cool, mais je n'arrangerais rien qui ne corresponde pas à la réalité.

En quoi consiste votre travail sur place ?

Dans une expédition comme celle au Pakistan, c'est un domaine très vaste que j'aborde sous forme de one man show : j'ai filmé, photographié, piloté des drones, fait du son. J'ai également monté le film et distribué des images aux magazines. Sur place, ma journée de travail commence tôt le matin quand je me lève et le chauffeur se termine après une dure journée d'entretiens.

Avez-vous un conseil pour les photographes qui souhaitent se lancer dans la photographie de sports extrêmes et d'action ?

Il n'y a vraiment qu'une chose : sortir, faire, s'amuser avec ce que l'on aime faire. Le succès commercial vient généralement naturellement après. Bien que vous deviez dire : c'est un endroit difficile, il y a beaucoup de bons photographes existants qui ont déjà un nom. Pour commencer, je suggère de faire équipe avec un athlète. Ou dans le secteur commercial pour contacter les fabricants d'équipements de plein air. Il y a toujours de jeunes marques cool qui recherchent aussi de jeunes photographes cool.

À l'exposition de Martin Bissig…

À la conférence de Martin Bissig…

 

Ateliers photo 2022 : Inscrivez-vous maintenant

La Pho­to Münsin­gen offre un programme d'ateliers complet avec des animateurs d'atelier expérimentés. De l'animal, du paysage, du mariage et du portrait à la photographie de nu, tout est inclus. Développez vos connaissances ! Sécurisez votre place en ligne à partir du mardi 19 avril, 20h ! Lire la suite

Tout juste sorti de presse : Notre brochure est ici

La plaquette de Pho­to Münsin­gen 2022 donne un aperçu des expositions de photos, des conférences, des présentations audiovisuelles et des ateliers photo. Il contient également des interviews passionnantes de photographes et des informations sur les sponsors et les partenaires. Lire la suite